Un jour je me suis perdue de vue, flottant dans la vie

qui devenait sans consistance.

 

Transparente, je me diluais.

La sensation de ne plus être, m’évanouissant près de vous.

 

Si disloquée dans ma tête et mon corps,qu’ ils m’échappaient.

Je me suis enduite le corps de bleu, seule couleur qui me faisait vibrer.

 

Etalée sur le sol, là, avec le papier nous faisions un corps à corps

qu’‘il devint telle une matrice. Je m’y roulais et la trace déposée devint le reflet de mon âme.

 

L’empreinte me restituat mon être.

Un flot de paix, et de calme m’envahirent.

 

A nouveau je laissai trace avec mes pinceaux.

 

J’étais Laure.

© 2020 Sandre Wambeke

  • Twitter Classic
  • Facebook Classic
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now